Bretagne

Où aller pour tenter de trouver une vraie sorcière ?

Peut-on avoir été élu Village préféré des Français…et héberger des sorcières ? Oui, répond la petite commune de Rochefort-en-Terre, dans le Morbihan.

Car, à Rochefort-en-Terre, on a des petites ruelles qui grimpent, un grand lavoir, de belles maisons de pierre…et une sorcière locale : Naïa (« la noire »).

Naïa qui chille. Crédit des photos : Charles Géniaux.

C’est en 1899 qu’elle est la première fois mentionnée, dans une revue anglaise nommée « Wide World Magazine ». L’auteur : un certain Charles Géniaux, dont le délire est d’arpenter le Morbihan pour photographier l’intérieur des maisons modestes, et leurs propriétaires, souvent pittoresques.

A peine arrivé à Rochefort-en-Terre, il se fait aborder par un artiste, qui lui pose une question : « Vous cherchez des sorciers ? » Perso, un inconnu me demande ça, je le plante là direct, je sors WhatsApp et je textote à ma meilleure amie : « Tu devineras jamaaaiis ce qui vient de m’arriver !! »

Pas du tout flippante, la Naïa. Paaas du touuut…

Mais Charles Géniaux est courageux (et vit au XIXe siècle, aussi). Alors, il suit les indications du Monsieur bizarre (elle habite dans le château médiéval, qui est en ruines, et sans doute même dans ses souterrains) et se met à chercher la fameuse Naïa.

On lui a bien vendu le personnage : la sorcière, dont le nom de famille serait Kermadec (plus breton tu meurs), aurait le don d’ubiquité. Ou peut-être que son extraordinaire rapidité est seulement dû à son moyen de transport, un balai volant (quelle originalité).

Naïa qui invoque le beau temps en parlant breton.

Elle a aussi des pouvoirs : elle ne craint pas le feu, peut apparaître sous n’importe quelle forme, aide les gens à réaliser leurs voeux… Bref, c’est le boss final de la Ligue des champions de Pokemon.

Au bout de 15 jours à la chercher en vain, il la trouve enfin. Et elle ressemble vraiment aux sorcières dans les Walt Disney : laide, des yeux « vitreux comme ceux des morts », des cheveux rebelles qui s’échappent de sa capuche…

Gnami par-ci, Gnami par là…

« N’aie pas peur mon fils, approche », lui dit la vieille femme. Charles Géniaux lui obéit, tente de lui faire parler de ses pouvoirs. Alors, Naïa se lève d’un coup et dit que tout ça, c’est grâce à Gnami (?). « Il est celui qui m’obéit, celui qui vole dans les airs sur mes ordres (??). Gnami est l’esprit de l’homme (???). Je le fais voyager où je veux. Je n’ai qu’à penser et il exécute mes ordres. »

Bref, Naïa est bourrée, mais Charles Géniaux continue à la questionner. Elle lui sous-entend, pépère, qu’elle est immortelle ; refuse de lui serrer la main car elle brûle ; puis, lors de leurs rencontres suivantes, arrête la pluie en parlant breton ou fait des prédictions devant Charles aux petites paysannes du coin.

Naïa prédit des choses.

De quoi impressionner Charles Géniaux, qui la photographie plusieurs fois et en fait un article. 120 ans plus tard, la sorcière fait toujours parler d’elle à Rochefort-en-Terre. Un musée a été nommé en son nom et, en ce jour glacé d’hiver, son esprit semble survoler la petite cité de caractère : un ciel noir pèse sur le village, il pleut, et les maisons paraissent encore plus grises.

La place du puits de Rochefort-en-Terre dont la particularité est de…bah, posséder un puits.

Soudain, un rayon de soleil éclaire le portail médiéval du château de Rochefort-en-Terre, comme s’il me signalait l’entrée de la demeure de Naïa.

La « petite » porte de l’ancien château médiéval, qui n’existe plus.

Les ruines qu’ont connu Naïa sont loin : après des siècles à l’abandon, le site datant du XIIe siècle renaît sous l’impulsion du peintre américain Alfred Klots, au début du XXe siècle. Il transforme tout ce bazar en manoir néogothique en utilisant, en partie, les matériaux d’origine. Le tout revient finalement à la commune, en 2013.

L’actuel château de Rochefort-en-Terre.

Si l’endroit recèle de petites touches inquiétantes (un portail qui donne dans le vide ou une statue pensive sans visage), pas de trace de Naïa. Mais…a-t-elle seulement existé ?

« Les seuls sources d’époque qui la mentionnent sont les textes de Charles Géniaux, note l’auteur et éditeur Stéphane Batigne dans son livre « Lieux de légendes et de croyances : pays de Questembert et Rochefort-en-Terre ». On ne trouve nulle trace de la sorcière de Rochefort dans les récits de voyageurs de l’époque, ni dans quelque publication que ce soit. »

La statue qui fait peur.

De plus, « un érudit local, qui a interrogé les anciens dans les années 1970-80, n’a pas réussi à trouver un seul Rochefortais ayant connu personnellement la sorcière ».

Charles Géniaux aurait-il utilisé une marginale existante, en lui prêtant des pouvoirs qu’elle n’avait pas ? Ou pire : aurait-il tout simplement inventé Naïa la sorcière, avec l’aide d’une complice ? On ne le saura sans doute jamais…

Je quitte le château par un petit chemin bardé de lampadaires. Et là, sorcière ou pas, la vue est magique : des arbres, de petites maisons crachant de la fumée et un arc-en-ciel pour éclairer tout ça. Manquerait plus que Naïa passe avec son balai pour apporter la petite touche féerique finale.

>>> le Naïa museum, musée des arts de l’imaginaire fantastique

>>> le parc du château de Rochefort-en-Terre se visite gratuitement, mais le château est fermé aux visites

Publicités