Bretagne

Où visiter le village préféré des Français…avant qu’il ne le devienne ?

Bon, pas besoin de faire du suspense, on le sait déjà tous : c’est le Mont-Saint-Michel qui recevra le trophée 2018 du Village préféré des Français, le 19 juin (mise à jour du 20 juin : raté, c’est Cassel !)

Le plus intéressant, c’est : qui sera le prochain ? Et moi, je mettrai bien une petite pièce sur Plobannalec-Lesconil, dans le sud du Finistère, en Bretagne. Pourquoi donc ?

Parce que la Bretagne a la cote

Ploumanac’h (Côtes-d’Armor) a remporté la mise en 2015 et Rochefort-en-Terre (Morbihan) avait arraché le titre en 2016 (d’ailleurs, j’avais testé pour vous ces deux villages). Ce qui place la Bretagne en 3e position sur la liste des grands gagnants de l’émission. Et donc dans les favoris pour les trente prochaines années (au moins). En plus, le Finistère n’a jamais été primé…

IMG_6187
Les rochers de Ploumanac’h.

Parce que Plobannalec-Lesconil, tu peux pas faire plus breton

Dans Le village préféré des Français, ce qu’on recherche, c’est l’authentique. Et là, on a quand même affaire au village breton typique, avec son nom en « ec », son port de pêche de 1878, sa coiffe bigoudène typique (on dit qu’elle atteignait 33 cm de haut !) sa mer et ses dolmens.

Le village a même sa propre chanson dédiée aux naufragés en mer, « Les Martyrs de Lesconil ». Extrait (à ne pas chanter à vos enfants sivouplé) :

« C’est un naufrage lamentable
Marine, que je viens vous chanter
Des agonies épouvantables
Luttes et cris désespérés… »

Heureusement, la commune a des traditions plus mignonnes. Comme, celle avec la Croix des amoureux, que l’on voit ci-dessous, où l’on vient s’embrasser pour la première fois en se faisant le serment d’être fidèles.

 

 

Parce que c’est waouh

Il n’y a pas que Ploumanac’h qui a des rochers dingues : Plobannalec-Lesconil aussi ! Malgré le soleil et l’air chaud, on est très peu nombreux ce soir-là aux rochers du Goudoul… et j’hallucine un peu d’être quasi seule dans un endroit aussi beau. On serpente le long des gros cailloux, on les escalade. Et on a un peu l’impression d’être les maîtres du monde.

IMG_2842IMG_2886

IMG_2854

S’il y a bien quelque chose qui discalifierait Plobannalec-Lesconil, c’est ça : la ressemblance de ses rochers avec ceux de Ploumanac’h. Sinon, c’est banco sur toute la ligne.

Publicités
Alsace

20 conseils pour ne pas faire tâche à un repas alsacien

L’Alsace, on y va pour ses paysages, ses marchés de Noël…et sa gastronomie aussi ! Mais attention à ne pas commettre d’impairs… 20 conseils pour ne pas se prendre une knack dans la figure lors d’un repas alsacien.

1) Ne jamais demander de couverts pour manger de tarte flambée. C’est un sacrilège !

2) Toujours avoir un miroir sous la main après une dégustation de tartes flambées. Car gare aux bouts noirs coincés dans les dents qui font faire des sourires terrifiants.

3) Le munster au frigo est toujours dans une boîte. À moins qu’on aime ses légumes au bon goût de fromage.

4) Si on vous parle de bretzels, ne surtout pas dire : « Ah, celles que tu achètes en boîte ! » La bretzel, la vraie, est grosse et moelleuse. Et dispo qu’en Alsace.

6B0C1F4A-CDE2-4856-9D28-2B434FF187E9
Existe aussi en version portable, pour les petits creux.

5) Se muscler avant de venir. Au cas où. On ne sait jamais, Mamema peut vous demander d’aller chercher l’énorme moule à baeckeoff.

6) Petit conseil pour votre bien-être perso : ne jamais aller manger une tarte flambée au resto avec les habits que vous voulez mettre le lendemain. Parce que c’est bon, ces trucs-là, mais ça sent un peu beaucoup fort.

7) Ne pas être surpris au petit-déjeuner. Ici, on met du sucre glace sur toutes les viennoiseries. On dit « petit pain » au lieu de « pain au chocolat », et « schneck » pour le pain aux raisins entortillé façon escargot.

8) Ne pas être surpris non plus si on vous propose des bredele, les traditionnels gâteaux de Noël, en plein mois de mars. Nos mamies en font tellement des tonnes qu’on en a pour toute l’année.

C9FCD410-EE2F-4415-B62F-D3C3D25E0A9A

9) Un repas traditionnel alsacien, c’est avec un service de table d’Obernai ou rien.

10) Pareil, si vous servez du vin blanc, c’est dans un verre à pied vert ou rien.

11) Presque personne n’aime le sel sur les bretzels ou les grains de raisin dans le kouglopf, cette sorte de brioche très haute. Mais tout le monde fait semblant. Ou les élimine discrètement.

12) Réviser son code couleur avant de venir. La Carola bleue est une eau qui ne pique pas, la verte, un peu et la rouge, beaucoup.

picard-facepalm
Quand quelqu’un demande de la « Carola orange ».

13) Si la moutarde qu’on vous sert ne pique pas, c’est que c’est du « condiment » (de la moutarde douce).

14) Habituez-vous au goût de la cannelle, surtout si vous venez l’hiver, parce que les Alsaciens en mettent PARTOUT.

15) Ne jamais demander : « Ah, vous êtes Alsaciens, vous mangez de la choucroute tous les jours ? » Fonctionne avec : « Et elle est où, votre coiffe ? »

16) Ne pas demander de vin rouge. Ici, c’est blanc de chez blanc (avec une exception quand même : le Pinot noir).

17) Rien ne remplace le bruit de la knack qu’on croque dans le cœur d’un Alsacien. Rien.

IMG_8163
L’envie de knacks chez un Alsacien peut mener à tous les vices. Par exemple, acheter de pauvres knackis à un supermarché de Nantes.

18) Si vous allez dans une ferme-auberge, ne pas croire qu’on vous servira le dessert après la soupe et la tourte. Non, non : ce sera le plat principal.

19) Si la charcuterie n’est pas votre amie, on risque de vous faire les gros yeux à certains endroits. Pas de panique : si cela vous arrive, détournez aussitôt la conversation. « Par contre, j’adore les bretzels ! » Imparable.

20) Ne pas hésiter à faire une petite diète avant de venir en Alsace. Ce n’est pas un hasard si aucun plat typique alsacien ne se trouve dans un livre de régime…