Grèce

Le jour où je suis allée sur « l’île des oubliés »

« L’île des oubliés », c’est le nom d’un best-seller de Victoria Hislop. Un roman qui prend place sur l’île de Spinalonga, au large de la Crête (Grèce), où étaient confinés autrefois des lépreux. Une maladie qui déforme la peau, qui fait perdre ses dents et qui menait le plus souvent à la mort ? Chouette, allons voir ça de plus près !

Il fait une chaleur infernale, ce jour-là d’été, au large de l’île de Spinalonga (Grèce). La mer Egée est turquoise, l’île rocailleuse. La seule couleur, c’est celle de nos débardeurs roses, oranges ou rouges, qui nous collent déjà à la peau.

Voyage en Crète du 13 au 20 août 2012 210
L’île, vue de la mer.

Quelques pas et on se retrouve au milieu d’une ville de western : fenêtres et volets fermés, façades ocres, bois abîmé par le soleil… Et pourtant, il n’y a jamais eu de cow-boys ici.

Voyage en Crète du 13 au 20 août 2012 214

Voyage en Crète du 13 au 20 août 2012 215On se colle dans un coin d’ombre pour écouter la guide nous raconter l’histoire de cette « île des oubliés ». Au début (entre 3 000 av JC et 1715)(c’est un long début), elle sert de forteresse pour protéger le port et la ville d’Elounda. En 1715, les Turcs débarquent et chassent les Vénitiens…avant d’être chassés à leur tour au tout début des années 1900, car les Grecs veulent y installer une léproserie. C’est que la maladie fait des ravages en ces temps-là. Et comme on n’a pas encore trouvé de remède, on décide de créer des endroits pour confiner malades (et les laisser mourir dans d’atroces souffrances à un endroit où personne ne peut les voir, aussi).

Il suffit de lire le roman de Victoria Hislop, « L’île des oubliés », qui se passe à Spinalonga, pour se rendre compte que la lèpre, c’était pas une maladie très sympa. La romancière raconte la paranoïa ambiante. L’horreur quand on découvre une tache sur sa peau. L’attente angoissée chez le médecin pour savoir si on est atteint ou non par la maladie. Et, si oui, le moment effroyable où, devant tout le village, on embarque sur une petite barque pour Spinalonga, en sachant qu’on ne reviendra probablement jamais parmi les siens.

Voyage en Crète du 13 au 20 août 2012 240
Aujourd’hui, c’est plus vraiment la petite barque pour se rendre sur l’île…

Au lieu de se morfondre, on recrée un véritable petit village dans cette toute petite île (850 mètres de périmètre). Certains y élèvent des poules, des chèvres ; on s’y marie, des enfants y naissent. On y va à la messe aussi, on y ouvre un café, une boulangerie.

Malheureusement, ce jour-là d’été brûlant, pas de visites de maisons de prévues, ni de chasse à un bacille de la lèpre inguérissable (dommage). A la place, on serpente dans la caillasse, en regardant les drapeaux noirs qui claquent au sommet de la forteresse ou la statue un peu flippante qui surplombe l’île et rend hommage aux malades (je crois).

Voyage en Crète du 13 au 20 août 2012 211

Dans les années 50, un remède contre la lèpre est enfin trouvé. La léproserie est fermée en 1957 et ses habitants regagnent le continent. En 1976, l’île est déclarée site archéologique.

Et, depuis, est passé d’endroit honteux à cacher à endroit touristique blindé, que l’on visite pour l’histoire…et, il faut l’avouer, pour la vue aussi un peu.

Voyage en Crète du 13 au 20 août 2012 224Voyage en Crète du 13 au 20 août 2012 235

>>> Pour en savoir plus sur cette île, il y a le roman de Victoria Hislop, « L’île des oubliés », bien sûr. Les sites y proposant une croisière font parfois un petit historique de l’endroit, comme ici.

Publicités