Pays de la Loire

Où passer la nuit avec des rois et des reines (morts) ?

« T’as eu les chocottes ? » La petite fille n’en mène pas large. Elle vient de sortir d’une pièce en courant, tortille ses mains, a un rire gêné devant sa maman. La nuit est tombée sur l’abbaye royale de Fontevraud (Maine-et-Loire). Et c’est vrai qu’une atmosphère particulière se dégage des lieux.

Cloître plongé dans les ténèbres, craquements, chouettes qui passent… Au loin, un aboiement de chien. Et puis, le silence.

IMG-7764
Dans le cloître, de nuit.

Il est presque 22 h et on fait partie des rares chanceux qui peuvent, de nuit, explorer l’abbaye fondée par le moine Robert d’Arbrissel vers 1101.

Notre pass ? Une nuit d’hôtel au cœur de la cité monastique, dans un bâtiment autrefois chasse gardée des religieuses, réaménagé en 2014. Comptez à peu près de 150 à 200 € le dodo. Mais l’expérience vaut plus que le coup d’oeil.

IMG-7847
L’abbaye (de plein jour cette fois)(je pense que vous l’aviez remarqué).

Dès 19 h, heure de fermeture aux visites, on se retrouve quasi seuls dans le lieu, pendant que le soleil se couche doucement et colore en ocre les bâtiments de l’abbaye. Magique.

« Toutes les portes restent ouvertes, vous pouvez aller où vous voulez », nous avait expliqué la dame à l’accueil. Première étape : la salle de petit-déjeuner, située dans un tout petit cloître. « C’est pas ouvert à la visite », nous fait la femme de ménage en coupant son aspirateur. Zut.

Disneyland version histoire

On opte pour le bâtiment où les soeurs se restauraient. Ici, près de 300 femmes prenaient leurs repas, tandis que l’une d’entre elles chantait des prières.

On fait des tours du cloître. On s’allonge dans les barques faisant partie de l’une des expositions du lieu. C’est un peu comme si vous aviez Disneyland pour vous tout seul (ou presque), mais façon culturelle et historique.

IMG-7799

Il fait nuit à présent. Et l’église abbatiale, toute blanche et au haut plafond, paraît immense. On entend carrément une mouche voler dans les hauteurs.

Dès 1804, sous ordre de Napoléon Ier, le lieu sacré fut transformé en salles d’atelier et en dortoirs pour 2 500 détenus (…pour 700 places). Mais, surtout, c’est le lieu de repos éternel de quatre stars.

IMG-7775 (1)

Elles sont là, près du choeur. Couchées. Comme si elles nous attendaient. Si leurs os ont disparu depuis longtemps, la partie haute de leur sarcophage (= le gisant) est toujours là.

En haut, le roi d’Angleterre de 1154 à 1189, Henri II Plantagenêt, et sa reine, Aliénor d’Aquitaine.

IMG-7744

A leurs pieds, leur fils, Richard Coeur de Lion, qui fut roi d’Angleterre de 1189 à 119, accompagné de la reine Isabelle d’Angoulême, épouse du roi Jean sans Terre.

IMG-7746

Aliénor et Henri avaient grandement contribué à l’essor de Fontevraud : visites, dons, aides à la construction… Le lieu est devenu peu à peu leur nécropole familiale.

Henri II y est plus enterré par souci du pratique : mort à Chinon, en plein été, l’endroit n’était pas si loin et permettait de se débarrasser vite fait d’un cadavre ne supportant pas la chaleur.

Aliénor, elle, avait choisi sa dernière demeure : elle s’y retira quelques années avant sa mort avant d’y pousser son dernier souffle, à l’âge canonique de 80 ans. C’est elle qui avait fait rapatrier le corps de son fils Richard Coeur de Lion dans l’abbaye.

L’endroit étant devenu leur cimetière perso, c’est logique qu’on y retrouve la belle-fille, Isabelle d’Angoulême.

Tout petits et très chanceux

Face à ces visages endormis, on se sent soudain tout petits. Et très chanceux. Une porte grince au dehors. C’est pas qu’on a les chocottes, mais ce serait pas le moment de partir, non ?

Il est plus de 23 h. La petite fille et sa maman ont disparu. Dans le jardin du cloître, en levant les yeux, on voit les étoiles.

>> Tellement de choses à dire sur l’abbaye de Fontevraud ! On pourrait en faire un blog. Le mieux, pour en savoir plus sur ce site qui hébergeait à un moment 4 monastères, c’est de s’y rendre. Sinon, il y a déjà quelques infos à glaner là : http://www.fontevraud.fr/ 

 

 

Publicités