Pays de la Loire

Où marcher à quatre pattes dans la boue, se faire goutter dessus et aimer ça ?

Des grottes, j’en avais déjà visitées avant. Dans le Sud de la France ou en Crète. A chaque fois, on avait eu droit à des escaliers royaux, des sons et lumière et à une avancée assez tranquille. Mais ça, c’était dans le Sud de la France et la Crète.

Dans la grotte de Margot, à Saulges (Mayenne), seules quelques loupiottes balisent le passage. Et, pour accéder à l’escalier, il faut passer par ce passage très étroit, que je ferais bien à quatre pattes…sauf qu’une grosse flaque, comme par hasard, s’y étend. « Et encore, avant, il y avait de la terre jusque là, nous indique le guide en montrant sa tête. Les hommes préhistoriques y entraient sûrement en rampant. »

Les premières traces de vie dans cette grotte ? « Elles datent de 13 000 ans », répond le guide. Ah ouais, quand même. « Il y a des dessins », nous promet-il. Surexcités, on se penche au-dessus de sa lampe torche pour voir ce que nos ancêtres ont esquissé. Euh…Des traits ? « Non, c’est des oiseaux, mais ils ne se voient pas bien à l’oeil nu », explique le guide en nous montrant un dessin les représentant.

IMG_1518
Les grottes vues de l’extérieur. Pourquoi l’une d’entre elles porte le nom de Margot ? Une sorcière prénommée ainsi y vivait (soi-disant) et y aurait laissé un trésor, obtenu après un pacte avec le Diable (qui a échangé l’or contre…une poule). La sorcière et le trésor ont disparu. Par contre, on a retrouvé le cadavre de six personnes s’étant perdus en les cherchant.

Plus loin, alors que des gouttes glacées n’arrêtent pas de nous tomber dans les cheveux, on essaye de deviner quelle est cette forme bizarroïde avec des cornes. « Un rhinocéros laineux ! » C’est qu’à l’époque, mammouths, ours, rhinocéros laineux et hyènes (mais version glacières) traînaient leurs savates sur le sol de Mayenne.

Et, est-ce que, comme dans les films, il y a eu des face à face ours/homme ? « On a eu un cas, en Suisse, où des archéologues ont découvert un squelette d’humain et un d’ours face à face, avec les os brisés ou abimés. Mais sinon, les hommes préféraient passer leur chemin quand ils savaient que la grotte était habitée. » Pas si bêtes, nos ancêtres.

Les hommes préhistoriques n’ont pas été les seuls à visiter cet endroit. Là, une croix gammée d’un nazi cherchant des résistants. Ici, le matricule d’un soldat américain, cherchant des résistants. Sauf que des résistants, ici, il n’y en a jamais eu : parce que la grotte ne contient qu’une entrée et parce qu’avec ses 12°C permanents, on se les caillait peut-être un peu aussi.

IMG_1461
Sauras-tu retrouver la croix gammée inscrite sur ce mur ?

Puis, direction la grotte Rochefort, de l’autre côté de la rivière. Là aussi, des générations se sont succédé : des hommes préhistoriques y ont établi un camp, des Gaulois y ont enterré leurs morts et, au 19e siècle, des femmes…y prenaient le thé en été. Bah oui, il y faisait bien frais. Même qu’on avait savonné le plafond des grottes pour que ça fasse moins cracra pour ces dames.

Le 19e siècle, c’est aussi l’époque où le propriétaire d’alors, un bonhomme de 70 ans, découvre que des chauve-souris s’échappent par des fissures de la grotte. Il y aurait donc d’autres cavités ? Avec des potes, ils font exploser les murs à la dynamite et tombent sur un gouffre d’une dizaine de mètres de profondeur. Pas peureux, le propriétaire prend une corde, une bougie et effectue la première descente.

Aujourd’hui, il y a un escalier de meunier (une échelle améliorée) pour descendre. Étrange et un peu flippante cette impression, quand vous sentez la roche vous racler le dos (et que vous vous dîtes que vos fesses ne passeront jamais, vous n’auriez pas dû reprendre de dessert, mais franchement, où aviez-vous la tête ?!)

IMG_1472
Escalier de la mort.

Après une petite exploration (oui, mes fesses sont finalement passées, merci), c’est la remontée vers l’extérieur. Où la chaleur et les odeurs vous explosent à la figure dès que vous franchissez le seuil.

Grotte Margot, Rochefort… Il y en a d’autres aussi ? « Oui, acquiesce la guide. On en compte actuellement 22. » Dont certaines ont été découvertes car des gens…sont passés à travers le sol. « Et ils y ont survécu », ajoute la guide en nous voyant regarder nos pieds. Ouf.

>>> le site des grottes de Saulges

 

Publicité

2 commentaires sur “Où marcher à quatre pattes dans la boue, se faire goutter dessus et aimer ça ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s